L’apnée dans les grandes lignes

de | 17 juillet 2017

L’apnée est « un arrêt de la respiration de durée variable, sans arrêt cardiaque » – d’après la définition dans le Larousse. Il s’agit donc de retenir le plus longtemps possible sa respiration. Pratiquée en piscine, l’idéal est de s’exercer à l’image de la plongée sans bouteille en mer dans des structures adaptées lorsque l’on est novice. Véritable discipline sportive, mieux vaut recourir aux services de l’école Internationale d’Apnée dans la Presqu’île de Giens dans le Var et ce, car c’est une activité qui doit obligatoirement être encadrée. Focus sur une activité réveillée au grand public par Jean Reno – alias Enzo Molinari – et Jean-Marc Barr – alias Jacques Mayol – dans le cultissime film de Luc Besson, Le Grand Bleu.

Les disciplines de l’apnée

L’apnée se pratique de différentes façons. On distingue dans un premier temps, l’apnée statique qui consiste à rester immobile sur place, sans respirer, allongé à la surface de l’eau et la tête entièrement immergée et ce, le plus longtemps possible. 

Dans un second temps, l’apnée dynamique où le plongeur se déplace à l’horizontale ou à la verticale afin de parcourir la plus grande distance toujours sans respirer. Cette discipline peut se pratiquer avec ou sans palmes.

L’apnée sous haute surveillance

La pratique de l’apnée n’est pas dénuée de risques. 

Ainsi pour éviter les incidents, mieux vaut adopter quelques règles de sécurité. On ne bat pas un record du monde du jour au lendemain. Il convient donc de pratiquer cette discipline aux côtés de professionnels, de s’assurer qu’une personne se tienne toujours à proximité immédiate afin de porter secours en cas de nécessité, de s’entraîner et de suivre une certaine progression sans vouloir battre des records à tout prix et surtout de toujours rester vigilant en écoutant son corps.

L’entraînement, la clé pour progresser en toute quiétude et douceur

A l’image de tous les sports, l’apnée procure des sensations de bien-être pour qui la pratique. Bien sûr, rien ne vaut des entraînements spécifiques pour que le mental et le physique puissent permettre cette pratique. Comme dit le proverbe « c’est en forgeant que l’on devient forgeron » et du coup, c’est pareil pour l’apnée : c’est en s’entraînant correctement que l’on devient un bon apnéiste.

La préparation mentale

Faire de l’apnée c’est surtout travailler sur son mental. Et pour cause, il faut être capable de faire le vide dans sa tête, de se détendre, de gérer l’effort, la souffrance mais aussi le dépassement de soi. Il est donc nécessaire d’avoir les bons outils et les mettre en œuvre pour amener son mental à un état de relâchement et de relaxation complet possible. Raisons pour lesquelles, il peut être opportun de pratiquer en parallèle le yoga qui aide notamment pour les exercices de respiration et la gestion des émotions.

La préparation physique

Apprendre l’apnée, c’est apprendre à respirer en synthétisant au maximum. Les séances d’entraînement permettent de s’échauffer physiquement sans jamais dépasser ses propres capacités et ce, pour se mettre en condition. Ensuite, les instructeurs proposent de mettre en pratique des exercices qui permettent de maîtriser son souffle, sa respiration mais aussi son amplitude ventilatoire. D’autres exercices, permettent d’acquérir une bonne technique de palmage mais aussi la faculté de se déplacer avec l’eau en s’économisant comme un poisson. Là encore, il est possible d’améliorer ses capacités en pratiquant le vélo ou la course à pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *